Blog des étudiants de l’Alliance française de Quito et Tumbaco

Le rêve du chat

Pen­dant la nuit, j’ai eu des rêves. D’abord, je suis des­cendu par un arc-en-ciel, et au bout, j’ai trouvé un chat qui mar­chait autour d’une assiette vide. Après, je suis devenu un coli­bri d’une cou­leur orange avec de petites tâches noires : très joli ! J’ai volé d’une fleur à l’autre en man­geant du nec­tar pour être vivant un autre jour. J’ai aussi rêvé que j’ai été un pas grand-chose. Mais je me suis senti très puis­sant, je me sen­tais capable de tout réus­sir. Je me suis réveillé avec l’insidieux mais mélo­dieux miau­le­ment de mon chat. Il vou­lait sa nour­ri­ture, mais il n’y en avait plus. Il m’a regardé en ouvrant ses yeux grands et cris­tal­lins. Il a pleuré.

- Ça va ! Je lui ai dit, je vais cher­cher les voi­sins pour leur deman­der un peu de nour­ri­ture pour toi !

Mais ils sont des gens très bizarres. Ils ne disent pas bon­jour. Ils ne disent rien. Peu importe, j’y suis allé.

J’ai frappé.

La dame a ouvert la porte.

- Bon­jour, je lui ai dit, excusez-moi. Vous pour­riez me don­ner un peu de nour­ri­ture pour mon chat, s’il vous plaît ?

Elle m’a regardé comme si j’étais un extraterrestre.

- Attendez-moi, je vais voir…

Plus tard, elle est reve­nue avec quelques croquettes.

- Tiens ! Je n’ai plus que ça, dit-elle.

- Merci, je crois que c’est suf­fi­sant maintenant.

Fina­le­ment, quand je suis ren­tré à la mai­son, le chat m’a vu avec sa nour­ri­ture et il a com­mencé à crier, tout gai.

- Quelle coïn­ci­dence, j’ai murmuré.

 

Andrés !

%d blogueurs aiment cette page :