Blog des étudiants de l’Alliance française de Quito et Tumbaco

La musique traditionnelle équatorienne

LES PASILLOS ÉQUATORIENS

C’est une danse et un genre musi­cal ori­gi­naire des ter­ri­toires de l’ancienne Grande Colom­bie. La Grande Colom­bie incluait les répu­bliques d’Équateur, de la Colom­bie, du Panamá et du Vene­zuela. Chaque région a ses propres spécificités.

Le pasillos est arrivé en Équa­teur au début du 19e siècle et est devenu un sym­bole musi­cal natio­nal. En Équa­teur il y a des sous-genres de pasillos comme le pasillo de la côte, le pasillo de la sierra, le pasillo de danse, le pasillo rocko­lero et le pasillo du défi.

Le pasillo équa­to­rien est connu pour son côté nos­tal­gique et sen­ti­men­tal. Au XXe siècle des poèmes équa­to­riens ont été inté­grés dans les paroles des pasillos. Les pre­miers enre­gis­tre­ments de pasillos ont été réa­li­sés par le légen­daire duo d’Enrique Ibáñez Mora et Nica­sio Satadi, qui ont immor­ta­lisé les belles mélo­dies que l’ont écoute encore aujourd’hui.

Le chan­teur le plus impor­tant de pasillos s’appelle Julio Jara­millo, qui est consi­déré comme le créa­teur du pasillo rockolero.

D’autres chan­teurs connus sont Enrique Espín Yépez, les frères Miño Naranjo, le duo Benítes-Valencia, Car­lota Jara­millo, Los Brillantes, Hnos, Villamar,et bien d’autres.

Quelques titres célèbres sont can­tares de alma, des­pe­dida, esta pena mía, devuel­veme la vida, el agua­cate, entre autres.

Le SAN JUANITOS

Le San Jua­nito est un genre musi­cal équa­to­rien de musique andine. Le San Jua­nito était très popu­laire au début du XXe siècle. Il est ori­gi­naire de la pro­vince d’Imbabura.

La dif­fé­rence avec le pasillo est que c’est un genre gai et dan­sant qui est joué pour les fêtes orga­ni­sées par les métisses et les indiens d’Équateur. Les pre­miers échan­tillons connus de ce rythme, étaient inter­pré­tés par le chan­teur équa­to­rien Juan Agustín Guerrero.

Pour la danse, les vête­ments sont rouges pour la com­mu­nauté de nata­buela, pro­vince d’Imbabura, les chaus­sures tra­di­tion­nelles (espa­drilles) sont blanches. Les bijoux tra­di­tion­nels et les cha­peaux sont colorés.

Les chan­sons du San Jua­nito sont inter­prè­tées avec une gui­tare par les métisses mais les com­mu­nau­tés indiennes inter­prètent ces chan­sons avec des ins­tru­ments indiens comme les flûtes de pan, etc.

 

Tum­baco (prof. Candy)

Un commentaire

  1. Bon­jour

    merci pour cette belle pre­sen­ta­tion musi­cale qui donne ne envie de décou­vrir la musique d’ Equa­teur .. et le pays tout entier !!!

    Phi­lippe

%d blogueurs aiment cette page :